Regulate… G Funk Era, Warren G

Regulate… G Funk Era, Warren G

Violator / Def Jam, 1994

Dès le début des années 1990, un jeune groupe dans la banlieue de Los Angeles essaie de se faire une place dans le Hip Hop, le 213, qui n’est autre que les trois amis d’enfance de Long Beach, Snoop Doggy Dogg, Warren G et Nate Dogg. En tant que demi-frère de Dr. Dre, qui à l’époque était déjà connu comme le producteur phare de N.W.A., Warren lui demande d’écouter la démo de son groupe, ce qu’il refuse.

Les trois compères continuent d’enregistrer dans le modeste studio de V.I.P, une boutique de musique, et distribuent des démo dans Los Angeles et ses environs, sans véritable succès. Alors que Warren est invité à une fête où Dr. Dre se trouve, ainsi que d’autres producteurs de musiques, le producteur de Compton invite immédiatement le trio dans sa maison et studio pour discuter et enregistrer après avoir entendu Snoop Dogg rappé. En parallèle, Dre quitte Ruthless et N.W.A. pour fonder Death Row avec Suge Knight et The D.O.C.. En réalité, Dre est plutôt émerveillé par Snoop que par le trio en lui-même. Le trio est officieusement séparé. Snoop commencera à enregistrer The Chronic avec Dre et signera un contrat avec Death Row. Nate Dogg aura également le droit à son contrat sans pour autant avoir un album, étant plutôt vu comme l’homme à refrain.

Cependant pour Warren G l’avenir semble plus compliqué. Contrairement à ses deux amis, un contrat avec Death Row ne semble pas être à l’ordre du jour malgré quelques apparitions sur The Chronic et Doggystyle. Plusieurs raisons peuvent l’expliquer. La première est sa relation conflictuelle avec Suge Knight, ce dernier l’a pris en grippe et ne voulait pas de lui dans son label, sans doute pour des raisons personnelles. De son côté, Dr. Dre ne le soutenait pas énormément. La deuxième est plus implicite et sans doute la conséquence de la première, Warren G sentait que les magouilles de Suge Knight n’étaient pas saines avec des contrats un peu véreux, comme ont pu l’expérimenter la plupart des membres de Death Row, y compris Dr. Dre. Warren a donc préféré suivre son propre chemin sans son demi-frère et a finalement trouvé un contrat avec Def Jam pour son premier album.

Finalement, le rappeur/producteur de Long Beach s’en sort plutôt bien puisque tous les autres rappeurs de Death Row l’enviaient, Def Jam étant l’une des maisons de disques les plus reconnues et emblématiques du Hip Hop. Même si Death Row est aussi devenu emblématique par la suite, à l’époque il n’était qu’un petit label indépendant. Afin de soutenir leur ami, les rappeurs de Death Row tels que Snoop Dogg ou Kurupt ont écrit les paroles de l’album de Warren, bien-sûr sans que Suge Knight le sache afin qu’il n’ait aucun droit sur les chansons et ne demande aucune rétribution. Si Warren G est un excellent producteur et un bon rappeur, il n’est pas un excellent lyriciste. En réalité, ses amis de Long Beach signés chez Death Row ont énormément soutenu Warren G dans son album afin qu’il réussisse chez Def Jam.

Après la sortie du single Regulate avec son ami Nate Dogg pour la bande originale de Above The Rim sous Death Row, Warren G et Nate Dogg ont laissé une empreinte indélébile dans le Hip Hop. La légende dit que le single aurait été enregistré dans le placard de la chambre de Warren. Je ne saurai dire avec certitude si c’est vrai. Ayant sorti ce single sous Death Row, une bataille pour les droits a commencé entre Def Jam et Death Row, Suge ne voulant pas laisser la chanson sur l’album de Warren G, ce qu’il a visiblement fini par accepter. Les dessous de la négociation restent quant à eux mystérieux. 

Maintenant que le contrat est signé et les droits de Regulate récupéré, tout semble s’aligner pour que Warren sorte finalement son album, Regulate… G Funk Era, au début de l’été 1994. Warren G s’apprête à s’approprier le sous-genre propulsé par Dr. Dre et Snoop Dogg pour en faire une musique à son image. Avec les quelques techniques apprises par Dr. Dre, Warren développera ses propres mélodies, et cet album ne ressemble à aucun autre dans le genre. 

L’album introduit naturellement par Regulate, qui est terriblement efficace avec une histoire légère de fin de soirée à Long Beach à rechercher des filles, des « skirts » comme ils les appellent. Dans ce récit, les deux amis d’enfance passent par toutes les aventures d’une soirée, les jeux d’argent, les agressions avant de finir à l’hôtel East Side, sans être agressifs, les deux sont malgré tout prêts à en découdre si nécessaire. La douce mélodie qui l’accompagne est typique du G-Funk de Warren G, quelques petites notes ensoleillées avec un petit effet dramatique.  

La palette musicale utilisée par Warren G est parfaite, il est bien la patron du G-Funk, une nouvelle ère plus douce et plus mélodieuse s’ouvre. Une musique agréable et décontractée avec des samples Soul, un tempo lent et chaleureux, des synthétiseurs larmoyants, des riffs de guitares funky, des sifflements harmonieux et des airs pianotés ensoleillés. Même s’il y a bien une utilisation de samples et de programmation au clavier, la plupart des instruments utilisés sont organiques. Warren n’est pas fondamentalement gangsta, sa musique représente tout ce que la Californie est, une attitude détendue et reposée, avec une forme d’élégance.

Tous les morceaux suivront ce modèle pour une excellente cohérence globale. Recognize est un titre avec des basses plus lourdes sur un rythme très lent. What’s Next se rapproche plus d’un rap traditionnel avec une ambiance un peu dramatique et un jeu conversationnel avec Mr. Malik. So Many Ways est plein de soleil avec une douce mélodie de synthétiseur et un magnifique refrain chaotique chanté par Lady Levi. Le sample de Don’t Stop (Ever Loving Me) de One Way sur Super Soul Sis est magnifiquement rehaussé par le chant de Jah Skillz. This Is The Shack offre un beau de moment de nostalgie où Warren et ses amis de The Dove Shack se remémorent les moments passés dans leur refuge pendant leurs enfances dans leur quartier natale. Warren laisse la place à son groupe avec un magnifique chant soul de Bo-Rocc pour un hymne estival parfait.

Au-delà de la musique, Warren G propose un rap qui reflète cette attitude avec un rap conversationnel, il n’est pas fanfaronnant, il a l’air d’un type normal qui nous parle, sans se prendre la tête. Les lyrics ne sont pas les plus fines, mais elles sont pourtant agréables à écouter avec un mélange un peu gangsta et playa, sans jouer les héros ou les durs. Il parle de son quartier, de la vie à Long Beach en dépeignant ses rues mesquines avec des paysages pittoresques, comme une journée lambda sous le soleil avec une alternance de rap et de chant qui vient conforter cette attitude décontractée.

Conscient qu’il est avant tout un producteur avant d’être un rappeur, il fait appel à de nombreux invités. Pas de Snoop, ni de Dre ou de Dogg Pound, ces derniers étant signés chez Death Row. A la place Warren a invité d’autres amis de Long Beach, The Twinz, The Dove Shack, Mr. Malik, Jah Skills afin de l’épauler sur ce projet. Ces invités permettent d’apporter à la fois une touche féminine et une touche plus rap, qui vient compenser habillement le flow très doux et mélodieux de Warren. En réalité, il s’agit des groupes de G-Funk qu’il s’apprête à produire avec sa future maison de disque G-Funk Entertainement pour encore plus de G-Funk à la Warren G.

Regulate… G Funk Era va plus loin qu’un simple album de rap, il offre une mélodie à la fois soul et funk pour proposer sa propre vision du G-Funk, où le rap est parfois absent. Un album qui n’est pas gangsta mais qui se veut simplement être agréable à écouter. Cet album est l’incarnation même du style de vie décontracté et ensoleillé de la Californie prôné par son auteur avec des mélodies irrésistibles. J’ai un affect particulier avec cet album et d’énormes souvenirs nostalgiques qui me viennent en tête. Le nom de ce site est d’ailleurs une référence à cet album et à la chanson éponyme. Regulate… G Funk Era est un style de G-Funk à lui-même réalisé par le patron du G-Funk. Un classique intemporel qui va au-delà du Hip Hop.

Par Grégoire Zasa


Sur le même sujet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s