DJ Quik vs MC Eiht: la bataille de Compton

DJ Quik vs MC Eiht: la bataille de Compton

La querelle entre DJ Quik et MC Eiht est sans doute l’une des plus violentes de l’histoire du rap, et l’une des plus longues. Même si elle n’a pas été la plus médiatisé, Nas et Jay-Z ou 2pac et Biggie tiennent la palme à ce niveau, elle a été très suivi dans les milieux du Hip Hop. Les deux étant membres de gang et de véritables gangsters, les enjeux pouvaient paraitre importants. Retour sur un beef qui a duré plus de 6 ans.

Ce beef nait-il d’une véritable haine entre les deux artistes membres de gangs rivaux ? Ou simplement d’un malentendu ? D’une volonté commerciale ? Toutes ses raisons sont sans doute à l’origine du feud. Pour comprendre ce qui a pu démarrer cette querelle devenue emblématique dans les milieux underground, revenons légèrement en arrière, au moment où les choses ont commencé à s’envenimer.

A la fin des années 80, DJ Quik est un jeune artiste qui essaie tant bien que mal de se faire une place dans le milieu du Hip Hop californien alors que des artistes comme NWA, Ice T ou Too Short rencontrent un succès avec le gangsta rap. Il est en quête de reconnaissance, s’étant fait virer de chez sa mère et errant dans les rues de Compton, il vend ses mixtapes faites avec les moyens du bord dans la rue à côté de ses soirées en tant que DJ dans les clubs locaux. On le sait tous, un des moyens pour attirer l’attention et pour faire parler de soi est de s’attaquer à ses concurrents. Sur une de ses mixtapes, The Red Tape, sortie à la fin des années 90, DJ Quik fait une allusion directe à ses adversaires de Compton, Compton’s Most Wanted, et une allusion indirecte à N.W.A.. Sa mixtape passant plus ou moins inaperçue, personne ne remarque vraiment cette attaque. A ce moment, les choses en restent là.

Pourtant sa mixtape ne passe pas si inaperçu puisqu’elle lui permet de signer un contrat avec Profile Records et de sortir son premier album Quik Is The Name début 1991. Eazy-E, fondateur de Ruthless, a d’ailleurs en parallèle essayer de le signer sur son label, mais trop tard, le contrat était déjà signé avec Profile, ce que Quik regrettera à l’époque. Quoi qu’il en soit, Quik obtient sa reconnaissance avec un album certifié disque d’or en quatre mois. Plus besoin pour lui de disser ses adversaires, aucune allusion belliqueuse ne sera faite sur Quik Is The Name

De son côté, MC Eiht aurait, d’après les fans, eu vent de cette attaque directe à son groupe, et répondra avec Def Wish sorti sur Straight Checkn ‘Em en 1991, la première d’une longue série de diss-tracks. Pourtant, Eiht déclarera plus tard que ce n’était pas une attaque à Quik et qu’il ne savait même pas qui il était à cette époque. Les fans ont interprété le morceau comme une attaque alors qu’en réalité la volonté de Eiht n’était pas belliqueuse. Mais les fans ont vu une guerre naissante entre deux artistes de gangsta rap de Compton, et une querelle de quartier entre deux gangs rivaux, les Tree Top Piru Bloods pour Quik et les 159th St. Tragniew Park Compton Crips pour Eiht. Le beef le plus street, sanglant et long de l’histoire du Hip Hop serait donc né d’un malentendu. Tout du moins, c’est ce qui a été déclaré par Eiht à postériori, pourtant les lyrics de Eiht ne laissent peu de place à l’interprétation…

MC Eiht, Def Wish

Phase 2, Its the brother who be taxing.
Running over punks like my brother Bo Jackson.
As your card’s on freeze frame your chicken.
It’s the Eiht double M and I’ll keep sticking.
All that pay back shit is in effect.
Cause I’m the type a brother who’ll blast your ass, check.
So if your biting my lyrics, then fool you’ll pay.
As you commence to say em you’ll get tooth decay.
So give up to the Compton psycho, 
Biting me Quik will mean you get the duck sick quick.
Not a funny man, but still I gives surprises.
Lyrics are deadly plagues, the death toll rises.
So now your shit outta luck with your rhyme scheme.
And now I hunt your punk ass in your bad dreams.
Another victory on my list.
One more punk ass fool with a def wish.

Les MCs rivaux vont alors se livrer dans une bataille sans merci de diss-tracks pendant les quelques années à venir. La haine entre les deux est-elle réelle ? Elle l’est peut être devenue par la force des choses au fil des différentes attaques, même si à l’origine il n’y avait pas véritable animosité entre les deux autre que l’appartenance à des gangs rivaux. Mais dans le milieu underground local, la guerre se transformera en véritable guerre verbale entre gang, bien qu’il n’y ait jamais eu d’affrontement physique entre les deux rappeurs ou entre les gangs à la suite de cette querelle, en tout cas pas officiellement ou publiquement relayé.

DJ Quik, Way 2 Fonky

And to you motherfuckers thinking you want to fade me?
I’m running the underground, so fool, you’re crazy
And you better step, ‘fore I beat you with a switch
And tie you up, and make you watch, while I’m fucking yo’ bitch
Cause I’m a low-pro nigga that you should not fol-low
Putting suckers in the wind cause my voice is hollow
Put the pistol to your grill and your punk ass rolls
You grab my shit and I pull the trigger now you’re missing a nose
And umm, I don’t fear your crew because my back is got
Chasing nothing but the suckers when we hit yo’ spot
Yeah, straight Bronx killer, mark ass niggas can’t check me
But gotta respect me, cause I’m Way 2 Fonky

Cependant, après la réponse Eiht sur Def Wish, Quik n’avait pas d’autre choix que de répondre, en tant que gangster, il se devait de défendre son statut. Il répondra avec Way II Fonky en 1992 sorti sur l’album du même nom. A ce moment, les attaques deviennent bien plus directes et bien plus violentes. Les allusions ne laissent plus place à l’interprétation avec des morceaux qui sont totalement dédiés à l’adversaire. De son côté, les menaces de mort proférées par MC Eiht, accompagné des Compton Most Wanted, seront réelles, volontaires et directement ciblées, notamment sur son morceau Def Wish II sorti en 1992 sur le classique Music to Driveby. Cette chanson sera accompagnée d’un clip où Quik est mis en scène dans un cauchemar dans lequel il se fait poursuivre et prendre en embuscade par le CMW, le conduisant à la mort. La réponse de Quik se fera sur Let You Havit.

La querelle atteint son apogée avec la réponse de MC Eiht sur son album solo We Come Strapped en 1994 continuant sa série avec un troisième Def Wish. Quik répondra une nouvelle fois sur son album Safe + Sound avec le morceau sanglant Dollaz + Sense sorti originellement sur la soundtrack de Death Row Murder Was The Case. Il interprétera cette chanson pendant les Source Awards de New York en 1995, ce qui aura pour conséquence d’envenimer le feu encore plus. Pourtant, la querelle restera silencieuse jusqu’à une dernière réponse de Eiht en 1996 sur son album Death Threatz. Ensuite, la mort de 2pac et de Notorious BIG viendra calmer le jeu et les diss-tracks cesseront, bien que le beef ne prendra officiellement fin qu’en 2002 lorsqu’ils se réconcilieront par l’intermédiaire de Snoop Dogg et Daz Dillinger qui insisteront pour qu’ils règlent leur différent.

Même si les véritables diss-tracks s’étendent sur environ six ans, de 1990 à 1996, la querelle en elle-même a duré pas loin de 15 ans de la première attaque de Quik en 1987 jusqu’à la réconciliation en 2002. Elle est par conséquent de loin la querelle la plus longue de l’histoire du Hip Hop et aussi l’une des plus sanglantes avec des diss-tracks violentes et sans pitié. Ce beef n’a pas été le plus médiatisé, mais il reste aujourd’hui l’un des plus emblématique du Hip Hop, avec une querelle qui met en scène deux dans plus grands gangsta rappeurs de Compton et de la West Coast.

Par Grégoire Zasa


Sur le même sujet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s