Naughty By Nature, Naughty By Nature

Naughty By Nature, Naughty By Nature

Tommy Boy, 1991

Ayant sorti un premier album en 1989, Independant Leaders, passé inaperçu, sous le nom The New Style, le trio de East Orange dans le New Jersey se voit tomber sous le mentoring de Queen Latifah, et le premier changement fut d’adopter le nom Naughty By Nature. Composé des deux rappeurs Treach et Vin Rock et du DJ Kay Gee, le groupe s’apprête à flirter avec le succès avec ce deuxième album, certifié platine six mois après sa sortie.

Les Naughty By Nature se trouveront propulsés sur le devant de la scène dès la fin de l’été 1991 par le single O.P.P, qui inclus un magnifique sample de ABC des Jackson 5 agrémenté d’un petit coup de xylophone. O.P.P est un single finalement presque Pop, au moins dans le succès, mais le groupe réussit le tour de force d’en faire un single apprécié à la fois à un public moins initié qu’aux amateurs de Hip Hop plus dur. En fait, O.P.P avait tout pour devenir un hit, le sujet à la fois cru et graveleux avec une interprétation faussement timide de Treach et son flow poussif plaisent indéniablement au public. Le sample de ABC en fait en même temps une belle référence à la culture afro américaine et un single entrainant avec un refrain qui a tout d’un hymne street, tout en étant suffisamment pop pour être un succès. O.P.P est indéniablement une belle réussite à tous les niveaux.

L’album étant auto-produit avec une participation de Louie Vega, on retrouve des samples aux influences multiples, Funk, Rock, Reggae, Rap, Pop, Blues et bien d’autres. Et c’est bien dans le sampling que Naughty By Nature va briller, ils sont repris presque tels quels et empilés subtilement pour des rythmes contagieux assez variés grâce à la multiplicité des genres choisis. Ils rappellent étrangement EPMD dans la sélection et l’art de manier le sampling.

L’album est introduit par Yoke The Joker sur un magnifique riff de basse repris de Synthetic Substitution de Melvin Bliss pour apporter le côté un peu Blues. Treach démarre avec un couplet violent et des punchlines accrocheuses et une belle allitération. Le ton est donné. A côté des singles plus axés Pop, le groupe, et particulièrement Treach, est capable de rapper avec une efficacité remarquable pour des chansons plus Hip Hop qui plairont aux initiés.

Treach

I can snap, rap, pack, click-clack, patter-pat-pat
Take that ass to the point you have to ask for your ass back

La touche de Queen Latifah se ressent sur les morceaux plus Reggae, notamment sur Wickdest Man Alive avec un refrain chanté aux sonorités clairement Reggae sur un sample Rock de Billy Squier. Le deuxième single, Everything Gonna Be All Right, reprend la célèbre phrase de Bob Marley mais avec un refrain plus rythmé et un beat plus dansant, ça sonne presque funky. On a une légère touche Reggae avec le sample de No Woman No Cry de Bob Marley mais ça reste très subtile.

Le Funk ne peut pas être oublié. 1, 2, 3 apporte un jolie mix entre Jazz et funk avec des samples de It’s Funky Enough de The DOC, le refrain de Eazy-E repris de The Last Song de Above The Law sur une magnifique trompette de Quincy Jones. Ca s’imbrique à merveille. Le saxophone funky sur Every Day All Day samplé des Ohio Players ou encore Guard Your Grill qui reprend un riff de Funky Drummer de James Brown avec un chant entrainant sont deux autres example de la maitrise parfaite des techniques de sampling du trio.

Pour le côté Jazzy, il faudra aller s’attarder sur Rhyme’ll Shine On avec un petit piano très bienvenu. Pin the Tail on the Donkey fait apparaitre un riff de basse magnifique pour les rimes affutées de Treach. En fait, Treach est une machine à punchline, il envoie dans tous les sens comme une mitrailleuse avec son flow très rythmé. Vin Rock a un réel charisme au micro, ils rappent avec une belle complémentarité et se renvoient bien les balles. Ils ont une belle capacité à sublimer les productions, leurs flows est probablement ce qui apportent l’harmonie à l’ensemble très éclectique.

Naughty By Nature réussit un très beau tour de force avec cet album, la capacité d’envoyer des singles pour les clubs tout en restant suffisamment street pour les vrais amateurs de Hip Hop. L’assemblage des samples est magistralement maitrisé. Une machine à produire des hits, des rythmes dansants, parfois plus sombre, avec une belle dynamique agressive au micro, mêlant tout type d’influence mais pour un rendu cohérent et de grande qualité, ça sonne toujours très Hip Hop. C’est contagieux. Un classique du Hip Hop.

Par Grégoire Zasa


Sur le même sujet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s